Accueil

Texte lu en public lors de notre première action, un rassemblement devant l’Onem de liège, en septembre 2012.

Parce qu’un autre travail est possible, sans avoir à nous vendre. Ni sur un marché du travail où, transformé.e.s en marchandises, nous sommes mis.e.s en concurrence avec nos pairs. Ni sur un marché des biens et services, où nous serions prétendûment indépendant.e.s ou petit.e.s patron.ne.s, mais où en réalité, nous sommes mis.e.s là aussi en compétition entre nous. Tout ça pour le plus grand profit des banques et des entreprises internationales. Nous aspirons à une autre vision et à une autre organisation du travail . Une autre économie est possible où les seuls profits recherchés seront le bien vivre ensemble et l’épanouissement de chacun.e dans les tâches qu’il ou elle désire accomplir.

Un autre travail est possible I/5

Parce qu'un autre travail est possible, sans avoir à nous vendre. Ni sur un marché du travail où, transformé.e.s en marchandises, nous sommes mis.e.s en concurrence avec nos pairs. Ni sur un marché des biens et services, où nous serions prétendûment indépendant.e.s ou petit.e.s patron.ne.s, mais où en réalité, nous sommes mis.e.s là aussi en compétition entre nous. Tout ça pour le plus grand profit des banques et des entreprises internationales. Nous aspirons à une autre vision et à une autre organisation du travail . Une autre économie est possible où les seuls profits recherchés seront le bien vivre ensemble et l'épanouissement de chacun.e dans les tâches qu'il ou elle désire accomplir.

Publiée par Riposte Cte sur Jeudi 20 septembre 2018

Parce que nous voulons une économie sans compétition ni assujettissement ! Aujourd’hui, les employeurs veulent se défausser de ce rôle qu’ils jugent trop encadré par des réglementations et des conventions conquises par un siècle de luttes ouvrières. Aujourd’hui, ce qu’eux nomment le progrès, c’est le retour à un cadre de travail calqué sur le XIXe siècle mais avec un habillage contemporain, l’exploitation high-tech ! Retour au donneur d’ordre, au paiement à la tâche, à l’évaluation “satisfaction-client”…Et nouveauté: licenciement par un seul clic ! L’ère perverse de l’Uberisation !… Une autre économie est pourtant possible !

Un autre travail est possible 2/5

2e Vidéo de Riposte.cte !!! Pour "Une économie sans compétition" ! Parce que nous voulons une économie sans compétition ni assujettissement ! Aujourd'hui, les employeurs veulent se défausser de ce rôle qu'ils jugent trop encadré par des réglementations et des conventions conquises par un siècle de luttes ouvrières. Aujourd'hui, ce qu'eux nomment le progrès, c'est le retour à un cadre de travail calqué sur le XIXe siècle mais avec un habillage contemporain, l'exploitation high-tech ! Retour au donneur d'ordre, au paiement à la tâche, à l'évaluation "satisfaction-client"…Et nouveauté: licenciement par un seul clic ! L'ère perverse de l'Uberisation !… Une autre économie est pourtant possible !

Publiée par Riposte Cte sur Dimanche 23 septembre 2018

“Les travailleurs qui se retrouvent hors emploi (le plus souvent sans l’avoir choisi) sont méthodiquement harcelés: il faut qu’ils s’adonnent quasi quotidiennement à des tâches bureaucratiques, stériles et bien souvent infantilisantes. Or, le temps du chômage de masse s’est historiquement révélé comme un véritable laboratoire social, un vivier d’activités innovantes et nécessaires à une socialisation des rapports humains. Oui, dans les interstices de la liberté d’action qu’ils se fraient tant bien que mal, des milliers de “hors emploi” démontrent chaque jour qu’un autre travail est possible !”

Un autre travail est possible 3/5

3e capsule de Riposte.Cte ! Les deux dernières en exclusivité ce soir à La Zone, à Liège, à 19h dans la cadre du 29e Mercredi Hors Emploi, avec des militants du CRACPE, de la VSP, du Cercle féministe de l'ULg, du Réseau salariat, de Migrations libres, de M.E.T.A.L et de l'ADAS. https://riposte-cte.org/2018/09/18/29e-mhe-26-septembre-2018-faut-il-construire-un-front-de-lutte-du-hors-emploi/ "Les travailleurs qui se retrouvent hors emploi (le plus souvent sans l'avoir choisi) sont méthodiquement harcelés: il faut qu'ils s'adonnnent quasi quotidiennement à des tâches bureaucratiques, stériles et bien souvent infantilisantes. Or, le temps du chômage de masse s'est historiquement révélé comme un véritable laboratoire social, un vivier d'activités innovantes et nécessaires à une socialisation des rapports humains. Oui, dans les interstices de la liberté d'action qu'ils se fraient tant bien que mal, des milliers de "hors emploi" démontrent chaque jour qu'un autre travail est possible !"

Publiée par Riposte Cte sur Mercredi 26 septembre 2018

Historiquement, au milieu du XIXe, les premières caisses de chômage furent créées par les artisans et ouvriers pour tirer vers le haut les tarifs auxquels on voulait les amener à travailler. Ils appelaient ça “le chômage de dignité”. A partir des années 2000, avec l’activation des allocations puis les mesures anti-chômeurs des gouvernements Di Rupo et Michel, les choses se sont inversées. Revenir à un droit au chômâge fort (allocations élevées, non dégressives, et illimitées dans le temps, suppression des contrôles de recherche d’emploi,…), c’est renforcer tous les salariés face à ceux qui cherchent à acheter leur force de travail au plus bas prix et pour une productivité sans cesse accrue.

Un autre travail est possible 4/5

4e capsule de Riposte.cte: Un autre travail est possible 4/5Historiquement, au milieu du XIXe, les premières caisses de chômage furent créées par les artisans et ouvriers pour tirer vers le haut les tarifs auxquels on voulait les amener à travailler. Ils appelaient ça "le chômage de dignité". A partir des années 2000, avec l'activation des allocations puis les mesures anti-chômeurs des gouvernements Di Rupo et Michel, les choses se sont inversées. Revenir à un droit au chômâge fort (allocations élevées, non dégressives, et illimitées dans le temps, suppression des contrôles de recherche d'emploi,…), c'est renforcer tous les salariés face à ceux qui cherchent à acheter leur force de travail au plus bas prix et pour une productivité sans cesse accrue.

Publiée par Riposte Cte sur Vendredi 28 septembre 2018

Pour poursuivre le mouvement historique vers une autre économie, une autre organisation du travail, émancipée du régime capitaliste, voici les revendications à court et moyen termes de Riposte.cte.

Rejoignez-nous pour les faire advenir par le biais d’un large Front Social !

 

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Mail

Laisser un commentaire