Ni chronotope ni top chrono / Thierry Müller/ févr. 2018

Cet article a fait l’objet d’une version condensée publiée  fin 2017 dans la revue “SaluTerre”,   des  Amis de la Terre.

“Dans la lutte que se mènent au sein du capitalisme les forces antagoniques qui le constituent, le temps social constitue un enjeu socio-politique majeur car sa mesure, son contrôle, son accélération ou son ralentissement, son homogénisation ou sa fragmentation, sont au cœur de la maîtrise de la valeur économique, et donc du pouvoir. Pouvoir donc sur ce qui fonde la matérialité de nos conditions respectives d’existence: l’économie. Penser le dépassement du capitalisme, penser les possibilités d’en sortir, pose la question essentielle de la manière dont nous voulons et dont nous cherchons à nous rapporter au temps et à son usage commun, à nous en décaler ou à nous soumettre à son injonction obsédante: “Dépêche-toi” ! Cet ordre est profondément ancré dans l’histoire du régime d’existence et de production capitalistes, de Taylor et de Ford à la recherche du moindre mouvement perdu jusqu’à la bourse aux affaires et à l’obsession managériale contemporaine pour le changement et pour la dispersion générale. C’est pourquoi, depuis maintenant un siècle et demi au moins, dès que le petit d’homme occidental acquiert son premier geste essentiel d’autonomie – la marche-  cet ordre ne cessera plus de le poursuivre, jusqu’à la mort. “Allez, dépêche-toi ! on t’attend !”, résonne communément à nos oreilles. Il fonde peut-être l’élément-clé de ce que l’on pourrait nommer la culture globale, la culture cosmopolite, la culture hégémonique de l’homme blanc, du modèle bizness man, l’homme qui a tant d’affaires à faire, et à défaire…

Pourtant l’histoire raconte qu’il fut un temps… sans temps, un temps où la question de prendre le temps ou de l’accélérer ne se posait guère parce que le temps de notre activité humaine collective, ou de sa mise au repos, était déterminé par ce temps sur lequel nous n’avons pas (encore !) de prise: le temps qu’il fait.”  Lire la suite…

 

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Mail