Pour Boycott du Service Communautaire à Charleroi !

Riposte-CTE soutient pleinement la manifestation à Charleroi pour Boycott du Service Communautaire !

RASSEMBLEMENTS
LE 29 MAI À 18H00 DEVANT LE CONSEIL COMMUNAL (Place Charles II n°14-15)
&
LE 30 MAI À 9H30 DEVANT LE CPAS (Boulevard Joseph II n°13)

Une mobilisation collective et solidaire indispensable !

La « loi Borsus » est entrée en vigueur le 1er novembre. Elle met en place le Service communautaire « obligatoirement volontaire » qui conduira inévitablement à un conditionnement accru de l’accès ou du maintien au/du RIS (revenu d’intégration sociale), et qui pourra avoir pour conséquence dramatique des sanctions conduisant au retrait de ce revenu de survie qu’est le RIS.

Il s’agit de la prestation d’un travail non rémunéré qui pourra être effectué dans un nombre important de secteurs : administrations publiques, CPAS, ASBL,…

Cette mesure est inadmissible. Elle constitue un recul social sans précédent. Le caractère volontaire est illusoire ! Le service communautaire s’inscrira dans un PIIS (projet individualisé d’intégration sociale) qui est rendu obligatoire et contraignant et est soumis à sanction. Dans ce contexte, cela constituera une pression énorme sur les usagers pour s’ « enrôler » de gré ou de force dans un service communautaire.
Cette mesure est inadmissible car elle participera à la destruction d’emplois rémunérés et empêchera d’innover en matière de création d’emploi pour tous. Outre d’atteindre les personnes, cette mesure aura des conséquences structurelles négatives.

Une personne contrainte de survivre avec le RIS peut par ailleurs s’investir dans un volontariat par choix personnel. Il s’agit, comme pour n’importe quel citoyen, d’un engagement personnel et librement choisi, non-conditionné. Cet engagement volontaire ne regarde et n’a à être évolué que par la personne de référence de l’association dans laquelle la personne s’investit et le/la volontaire, et ce en toute confidentialité. La seule et unique contrainte de la personne volontaire : en informer préalablement le CPAS sans aucun autre compte à rendre.

Nous invitons donc le CPAS de Charleroi à se déclarer
« HORS SERVICE COMMUNAUTAIRE »

Par ailleurs, ce type de réforme fait place à de nombreuses interrogations : Quel sera le rôle attendu des organisations ? Faudra-t-il remettre des états de prestations ? Demander des certificats médicaux en cas d’absence ? Aujourd’hui cela concerne les allocataires sociaux et demain les chômeurs ? Quels risques pour la disparition potentielle d’emplois associatifs ?

La plate-forme de boycott du service communautaire*
Contact : boycott.service.communautaire@gmail.com
ou 0476 96 95 43

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Mail