Chercheurs-militants et alliés

A Riposte.cte, on pourrait se définir comme des militants-chercheurs. Nous ne voulons pas nous contenter de nous révolter à partir de ce qui nous affecte dans notre vécu, individuel et collectif. Nous voulons comprendre ce qui nous arrive et apprendre de ces situations qui souvent nous mettent en souffrance, construire une parole raisonnée et argumentée sur nos situations d’oppression, une parole singulière, subjective et collective, à la fois sensible, nourrie du cœur des situations que nous vivons personnellement mais détachée aussi d’affects qui pourraient l’affaiblir.
Et c’est là, au nœud de ce type d’obstacles pratiques, que peut intervenir le complice du militant-chercheur que nous essayons d’être, une sorte d’alter ego potentiellement complice, à savoir le chercheur-militant, celui dont la question qui l’anime est la suivante : « comment mes savoirs-(faire), parfois acquis de manière académique, peuvent-ils aider à créer ou à soutenir, dans les divers champs de lutte, des processus pertinents d’émergences de collectifs de « militants-chercheurs», de nouvelles figures capables de se construire à terme comme « agent collectif d’énonciation », comme agent porté à la fois par des affects forts et par une intelligence commune de situation ? » Le chercheur-militant est donc avant tout une sorte de pédagogue fouineur, engagé, autant en accueil du questionnement qu’en posture de questionneur, et qui est prêt à « faire cause commune », à s’allier,  le temps d’un bon bout de chemin en tout cas.

Nous en avons ici isolé quatre qui, dans notre collectif, nous inspirent et nous font avancer…  On vous invite vous-aussi à aller les découvrir et, en iconoclastes reconnaissants,  à piller leur savoir pour vous renforcer.

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Mail