DH: un titre scandaleux, pour une presse de caniveau

La DH semble vouloir concurrencer Sudpresse en matière de ce qu’il y a de pire comme journal.
Un titre complètement aguicheur pour vendre. Explication.

La Dernière Heure reprend ses bonnes habitude statistiques foireuses….
Première page : un chômeur contrôlé sur trois est un fraudeur.
Page intérieure : “Les contrôles à domicile sont cependant utilisés en dernier recours, et en cas de sérieux indice de fraude. En effet, des recoupements de données et des contrôles sont préalablement effectués par des contrôleurs administratifs.” On apprend aussi qu’il y a eu 105 cas sur 343 : un drôle de tiers !

Autrement dit, moins d’un chômeur sur trois, fortement suspecté de fraude, l’est réellement.

Car un chômeur sanctionné sur 3 chômeurs contrôlés, cela ne fait pas d’un chômeur sur trois un fraudeur, surtout lorsqu’on sait que les chômeurs “contrôlés” le sont sur base de sérieux soupçons préalables de fraudes, fondés sur des enquêtes déjà approfondies (consommation de gaz-électricité (eh oui!), non réponse à des courriers, enquête de voisinage soit fouillage de merde dans la vie des gens quoi!) , etc.) et/ou sur des dénonciations anonymes

Ensuite nous devons clarifier ce que pourrait être la plupart des fraudes : la fraude au domicile. Lorsque que nous entendons “fraude au domicile”, en réalité c’est une fraude plus que légitime. En effet, nous sommes un des rares pays à pratiquer le statut de cohabitant. Il est totalement injuste qu’un chômeur touche moins lorsqu’il perd son travail parce qu’il vit avec quelqu’un, imaginez-vous toucher un salaire moindre parce que vous êtes cohabitant?
Si ce statut n’existait pas, le niveau de fraude chuterait bien évidemment de manière drastique.

Nous rappelons aussi que la fraude fiscale représente plus de 20 milliards pour quelques millions de “fraude” sociale. On peut se demander pourquoi également, la presse ne titre pas qu’il y a X patrons fraudeurs, puisqu’ils sont aussi complices de l’embauche en black. Ce sont toujours les chômeurs les responsables.

Enfin, lorsqu’il s’agit de survivre, de se débrouiller comme on peut pour nourrir ces enfants, payer son loyer ou ses factures, on peut se demander si c’est ça ou mourir, la fraude ne deviendrait-elle pas légitime?

Pour contextualiser politiquement cette pseudo-information:
fraude-sociale: seulement 126 chomeurs attrapés pour domicile fictif en 2015

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Mail